Sarah Cattan. L’hommage à Maître Gisèle Halimi ne peut occulter son hostilité systématique à Israël

Tribune Juive

lundi 3 août 2020, par Desinfos

Voir en ligne : https://www.tribunejuive.info/2020/...

De toutes parts, les hommages ont fusé, officiellement unanimes, encensant la défenseur des Femmes. Gisèle Halimi, née Zeiza Taïeb, était saluée. La grande avocate, la femme politique et la figure féministe. Les tunisiens allèrent jusqu’à dire leur désir de rapatrier celle qui était du limon de sa Tunisie natale, pays qui se trouve être aussi ma terre de naissance. Mais encore, intention louable s’il en est, de faire traduire toute l’oeuvre de la “tunisienne”.
Elle s’appelait, rappelle Fawzia Zouari, Zeiza Gisèle Taïeb et grandie au sein d’une société traditionnelle et machiste qui plaçait la femme au rang de seconde, elle sut s’émanciper de ce qui aurait pu être un destin tracé et fustiger les injustices vécues.
De toutes parts, les hommages ont fusé, officiellement unanimes, encensant la défenseur des Femmes. Gisèle Halimi, née Zeiza Taïeb, était saluée. La grande avocate, la femme politique et la figure féministe. Les tunisiens allèrent jusqu’à dire leur désir de rapatrier celle qui était du limon de sa Tunisie natale, pays qui se trouve être aussi ma terre de naissance. Mais encore, intention louable s’il en est, de faire traduie toute l’oeuvre de la “tunisienne”.
Elle s’appelait, rappelle Fawzia Zouari, Zeiza Gisèle Taïeb et grandie au sein d’une société traditionnelle et machiste qui plaçait la femme au rang de seconde, elle sut s’émanciper de ce qui aurait pu être un destin tracé et fustiger les injustices vécues.



Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil